Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 08:12

 

Journal intime

Si vous saviez comme je flippe aujourd'hui ! D'abord, c'est mercredi après-midi, et j'ai accepté l'idée saugrenue, débile de venir faire une dictée. Faut être fêlé ! Certes l'endroit est sympathique, mais j'aurais pu tranquillement m'adonner à mon passe-temps favori. Cela dit, j'ai assez skié pour cette année ;  marre de mes carres mal affûtées sur les cimes verglacées. Plus de neige non plus, de toute(s) façon(s). Alors, pourquoi pas une dictée, comme celle qu'ont eue l'an dernier les copains et les copines ? Ils s'en sont frotté les mains, car ils sont repartis le ventre plein, avec un dico pour réviser ! Alors, ça doit valoir la peine.


                Ils ont de la chance les petiots  Ils ont déjà fini. Je me demande ce qu'il va bien pouvoir encore trouver, le gars au micro ! Je parie qu' il va nous faire le coup des perce-neige fané(e)s ou des forsythias en fleur(s), puisqu'on est au printemps. Gagné ! Et voilà qu'il s'étonne maintenant des susurrements désapprobateurs dans les travées. Moi, j'en ai les jambes qui. flageolent d'entendre tous ces mots à la queue leu leu qui se sont succédé depuis tout à l'heure. Il faut qu'il conclue. Ah (ha) !  enfin, la délivrance ! Quoi qu'il arrive, la note ne compte pas dans la moyenne...

 

 

(les Dicos d'or, 1996)

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 08:47

 

Monts et merveilles

        Ici, en Savoie, nous sommes tombés dedans -ou plutôt dessus- quand nous étions petits. Dans l'Antiquité, déjà, l'Olympe abritait les dieux et son chef suprême, Zeus, réputé pour ses coups de foudre à répétition… Noé et sa faune hétérogène ont jeté l'ancre à son pied. Plus près de nous, le mont Blanc a attiré ceux qu'on allait appeler désormais les alpinistes. Aujourd'hui, les ballons vosgiens et les puys auvergnats séduisent les promeneurs de sept à soixante-dix-sept ans qui ahanent vaillamment par monts et par vaux, à la recherche, peut-être, de l'ancolie bleue.
       
                                                                     
        
        Grâce à elle, les grimpeurs toujours plus enthousiastes se sont succédé, lancé des paris encore plus audacieux et ont reculé leurs limites jusqu'au faîte convoité. L'humble randonneur, également, a trouvé pataugas à son pied pour humer les senteurs des alpages. Tout compte fait, tout le monde y trouve son content, là-haut sur la montagne, et si la publicité martèle son slogan pour booster les indécis : "La montagne, ça vous gagne", nous, il y a belle lurette qu'elle nous a gagnés !

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 14:24

 

Tohu-bohu dans les chaumières

      "Un vieillard ingambe maîtrise un dangereux pickpocket".Voilà le titre récent que découvrirent, ébaubis, certains lecteurs à la une d'un journal peu enclin à la gaudriole. L'évidence les ayant convaincus, devant telle billevesée, d'une coquille ou d'un canular - en effet, des culs-de-jatte et même des pieds-bots ne sauraient accomplir semblable prouesse -, d'aucuns s'apprêtaient à en faire diligemment la remarque à ladite feuille, en l'occurrence un tabloïd(e) qui ne les avait pas accoutumés à un pareil laisser-aller hormis le 1er avril.

      Toutefois un ultime scrupule les entraîna à compulser l'ouvrage ad hoc par excellence : le dictionnaire, où leurs yeux se dessillèrent devant cette définition succincte et non ambiguë :ingambe, alerte, qui se meut avec agilité. Ainsi, ce vieillard, prétendument égrotant, cacochyme, voire catarrheux, bref quasi grabataire, celait un Mathusalem en puissance qui savait de surcroît tricoter des fuseaux !

      Gloire immarcescible au dico qui résout tous les "problos" !

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 10:06

Comme à peu près chaque jour en ce moment, une nouvelle dictée! Je vous rappelle que faire une dictée par jour est un bon moyen de progresser rapidement en orthographe. 

 

Atmosphère, atmosphère


Evoquons, en cette veille de printemps, tous ceux qui consacrent leur temps à contempler les cieux, à regarder passer les nues, à guetter les stratus, à lorgner les nimbus, à faire les yeux doux aux moindres cumulus, bref tous ceux qui consacrent leur temps au temps. Leur idole ? l'anticyclone des Açores, dont ils s'accordent tous à clamer l'influence déterminante. Pas moins de quatre à cinq bulletins météo par jour nous sont proposés où, gesticulations à l'appui, nous sont dévoilées les prévisions les plus sophistiquées. La présentatrice a-t-elle revêtu un tee-shirt (T-shirt) bleu azur, le week-end s'annonce sous les meilleurs auspices. Est-elle de noir vêtue, et c'est la dépression... Ce faisant, on oublie pourtant une chose essentielle ; la nature est imprévisible. Peu de neige à Noël, mais des tombereaux d'or blanc et des routes verglacées en février. Un peu partout dans l'Hexagone, les cours d'eau ont été naguère capricieux en automne ; les inondations se sont même succédé, plongeant les riverains dans le désarroi. Ailleurs dans le monde, comme à l'accoutumée, typhons, séismes et raz(-)de(-)marée se sont violemment déchaînés. Hélas ou tant mieux, il faut prendre le temps comme il vient. Mais revenons à nos moutons: pour que la météo soit au beau fixe et que vous n'encouriez pas les foudres de vos proches en retournant à vos chers pénates, relisez bien ma prose et vous connaîtrez peut-être le bonheur sans nuages d'aller en finale régionale !


 

Petites explications:

 

- auspices, nom masculin plurielÀ Rome, présages qui se tiraient du vol, du chant des oiseaux ou de lamanière dont ils mangeaient. (Toute personne avait le droit de consulter les auspices pour s'assurer de l'avis de certains dieux sur une action projetée.); présage,signe . Rien à voir avec l'hospice donc!

 

J'ai tiré cette définition du site larousse.fr que je vous recommande, il vous donne en plus les homonymes, synonymes, expressions contenant le mot recherché et difficultés. Il est bien entendu méga fiable. Le seul hic: un tout petit peu lent.

 

link

 

- Naguère: il y a peu de temps, récemment (emploi littéraire). Ce mot tombe assez régulièrement en concours parce qu'on a tendance à croire qu'il signifie "il y a longtemps" (emploi critiqué).

 

- succédé encore et toujours invaraiable!

 

- pénates, nom masculin pluriel: divinités romaines protectrices de la maison, pays, domicile, foyer

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 19:20

 

 

MALADES DE RIRE

Vous avez échappé à la vache folle, peut-être à la Vache qui rit, à l'épizootie de fièvre aphteuse, mais pas forcément aux aphtes banals Le sida ne passera pas par vous, la salmonelle ne vous a pas intoxiqués, et vous n'êtes pas près de donner votre blanc-seing aux OGM ; avec la calculette, l'euro, ça devrait marcher, d'ailleurs vous vous êtes brillamment tirés d'affaire lors du dernier contrôle de math(s). Ouf !...Et pourtant, vous êtes venus vous jeter dans la gueule du loup pour vous colleter avec d'autres mots, ceux de la dictée que je suis en train de lire... Mais rien d'étonnant Si la tremblante vous gagne ! Gare à l'encéphalopathie galopante de l'orthographe!

Mais non, je rigole ! et je sais bien que vous aussi, vous aimez pouffer. Alors esclaffez-vous, car il est naturel que l'on rie, et c'est en outre l'échappatoire idéale aux grincheux. Quoi qu'il en soit, quelles qu'aient pu être les raisons qui l'ont motivée, l'hilarité est saine et fait de surcroît travailler les muscles peauciers, au rang desquels figurent les inénarrables zygomatiques ! C'est pourquoi à tous ceux qui, un jour, se sont juré d'être des gens bien, mais se sont toujours ri des facétieux boute-en-train, tel un célèbre humoriste, je réponds : «Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux».

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 11:55

 

La presse en émoi


     Depuis quelque temps déjà, les journalistes haut - savoyards connaissent des affres irraisonnées :  un texte machiavélique est promis aux plus inconscients d'entre eux le mercredi 3 avril 1996, en terre ancilevienne, au siège du Crédit Agricole. D'aucuns, à l'affût d'un scoop, ont déjà enquêté sur les éventuelles chausse-trapes (ou chausse-trappes) à déjouer ce jour - là, mais encore eût - il fallu qu'ils pussent subodorer le thème ou qu'ils eussent suffisamment le temps de fureter. D'autres, négligeant les on-dit grand-guignolesques que leurs interrogations ont suscités, se sont imposé des révisions systématiques pour terrasser leurs concurrents et néanmoins amis. Quelques-uns, l'oeil ludique, s'attendent à quelque speech spécieux qu'ils se font fort de transcrire aisément.

      Enfin vous êtes tous là, gazetiers, échotiers, faits-diversiers, dignes successeurs de Théophraste Renaudot, munis de vos stylos-feutres et portemines, prêts à souffrir le martyre sous les coups de boutoir de mes coquecigrues orthographiques, et je vous en remercie. A vous, maintenant, de faire preuve de la plus grande... correction !

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 08:16

 

L'eau


A Montpellier s'élancent des jets d'eau, se profilent des fontaines et se devine, non loin, la Méditerranée.
En Bourgogne, en Bretagne ou en Provence, l'eau, multiforme, va, coule, court à travers vaux et valons, s'insinue en méandres alanguis. Les sources susurrent ses notes cristallines.
Figée en glaciers éternels, en névés immaculés, elle s'est même muée, l'hiver, en or blanc. Quoi de plus drôle, l'été, que de barboter dedans, comme se sont plu à le faire tant de bambins, ou de lancer des cailloux dans les mares pour voir les ricochets et les ondoiements des vaguelettes ! Que de joyeux espiègles y ont fait trempette et s'y sont éclaboussés à qui mieux mieux. 

 
Et vous, les pêcheurs zen, ne vous-êtes vous jamais installés sur des rives paisibles avec cannes et vermisseaux pour taquiner le goujon?
Immuablement, l'eau envahit les rias et les fjords tant vantés par les tour-opérateurs. Elle alimente les noues, anime les marées de vive-eau, draine les alluvions abandonnées. Sur notre planète terraquée, les fagnes, les bayous et les lochs rappellent sa présence. L'aiguail matinal comme les averses mélées de grésil réjouissent grenouilles et cagouilles.
Jadis, dans des jarres ocre, des amphores brun-rouge ou des alcarazas pansus, des porteurs livraient ce précieux trésor. Demain, les mesures antipollution et les poètes de l'eau vive sauveront-ils ce joyau de la plus belle eau ?

 

(Dicos d'or 2004)

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 12:20

 

Jeux divers

     Il y a une décennie déjà, ici même à Albertville, s'ouvraient les seizièmes jeux olympiques d'hiver. Cette année-là, à Val-d'Isère, les skieurs s'étaient élancés tout schuss, en évitant les ancolies protégées. Récemment, c'est à Salt Lake City qu'ont brillé nos couleurs : en ski alpin bien sûr, mais aussi en biathlon ou en snowboard. Et puis sur les carres affûtées de leurs patins, un couple de danseurs, en tenue lie-de-vin (à moins que ce ne fût amarante), allait nous enthousiasmer et glaner la récompense suprême. Que de satisfactions nous aurons connues !

     Aujourd'hui, c'est à vous d'entrer en scène et, précédés de l'ambiance magique du lieu - en souhaitant qu'il vous sourie -, de vous transcender. Vous qui vous êtes entraînés d'arrache-pied, à force de phosphorer, vous  vous êtes donné les moyens de maîtriser désinences, conjugaisons et autres chausse-trap(p)es. Pensez aux glorieux aînés qui se sont succédé et, quelles qu'elles soient, slalomez entre les difficultés, surfez sur les bosses traîtresses, et jouez-vous des dévers verglacés - car il s'agit bien pour vous aussi de jeu -. Bref, profitez de votre forme olympique pour franchir les portes de l'empyrée... pardon, du paradis.

 

(les Dicos d'or 2002)

Repost 0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 09:11

Les dicos d'or, 1999


Le millénaire nouveau va arriver


Né en France sous les Capétiens et les affres irraisonnées des chrétiens redoutant l'imminente apocalypse de l'an mille, il expirera - sauf raz de marée bien improbable - sous la cinquième République et ses cybernautes surfant sur le web. Des terreurs superstitieuses du Moyen Age il aboutira aux interrogations angoissées de la science - fiction contemporaine.Entre - temps se seront succédé guerres et accalmies. La science nous aura débarrassés de certains maux et fléaux, nous en infligeant d'autres. Si la peste et la rage ont été terrassées, la bombe atomique - voire chimique - laisse continûment planer sa menace. Voilà esquissé à gros traits ce millénaire qui s'achève précisément le 31 décembre 2000.

Aujourd'hui le tavernier moyenâgeux a transformé son fonds en fast - food urbain. Le tournoi de chevalerie s'est transporté sur l'hippodrome avec jockeys et cravaches et le maréchal - ferrant a troqué sa forge contre un atelier des plus sophistiqués. Alors nul besoin d'une pythonisse ou d'un Nostradamus pour décrypter notre avenir. Le mythique an 2000 ressemblera à s'y méprendre à ses prédécesseurs, sans qu'aucun cataclysme ne parcoure la planète. Ne vous mettez donc pas martel en tête et songez plutôt à votre orthographe pour atteindre l'apogée régional de l'automne prochain ! Quel plus impérissable souvenir garderez-vous alors de cette fin concomitante de siècle... et de millénaire !

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 09:40

De ... Pivot pour changer ^^

 

Des mots et des outils

Agrégé  de grammaire, je sais démonter les phrases, décortiquer la syntaxe, jongler avec les hypallages hardies et les tmèses incongrues. Mais, de mes dix doigts, je suis d'une maladresse inouïe. Un manche ! Et dire que de mon nom j'ai signé - ô ironique langue française ! - des manuels.
Enfant, à peine m'essayais-je, dans notre jardinet de banlieue, à couper des aches, des brizes et des éclaires que mon sang coulait sur-le-champ. Recousais-je un bouton ? Un moustique excédant n'eût pas mieux piqué mes phalangettes. Qu'il m'en a cuit de m'être risqué en cuisine pour y préparer des bonnottes, des cappellettis et des kouign-amann ! Réellement tout feu tout flamme, je dus un jour partir goûter la cuisine de l'hôpital.


Je sais écrire, sans faute aucune, les noms de quantité d'outils et d'instruments : les hies des paveurs, les asseaux des couvreurs, les besaiguës acérées des charpentiers, les écangs des chanvriers, les turluttes des pêcheurs. Mais, aïe aïe aïe ! aurais-je dû m'en servir, combien de blessures mes impairs m'eussent-ils causées ?
Danger public ! Avec moi, jamais la bonne pioche ! Je démens toutefois être responsable, par mes coups, de l'éparpillement des floes polaires.
Avec les mots, au contraire, rien à craindre. Étymologiste, philologue et mots-croisiste, sans le moindre dommage j'épluche, je taille des apocopes osées, je couds, j'accommode. Aux adjectifs alléchants je salive, aux mots sexuels je vibre. Homo sapiens, j'ai évolué intello ; néanmoins, pour la dextérité, l'homme de Cro-Magnon m'en eût remontré !

Repost 0

Présentation

  • : Concours orthophonie
  • Concours orthophonie
  • : Pour vous apporter un peu d'aide dans la préparation des concours d'orthophonie!
  • Contact

Catégories